Nombreux sont ceux qui souffrent de douleurs ou de maladies chroniques, pouvant être parfois difficiles à surmonter.

Il y a pourtant de grandes chances qu’une solution naturelle et validée par la recherche scientifique existe quelque part dans le monde.

Pourtant les médias de masse se font rarement l’écho des avancées prodigieuses des médecines naturelles. Pas un jour ne passe sans que la science ne vienne valider des traitements naturels de pointe. On trouve aussi de nouvelles vertus aux coutumes oubliées et certains remèdes de « grand-mères » sont redécouverts par les plus grands chercheurs. 

Alimentation et conditions de vie dégradéés

Depuis l’Après-Guerre, et le passage aux modes de culture et de vie modernes, sans oublier l’industrialisation alimentaire, notre alimentation s’est beaucoup appauvrie.

D’abord, la consommation de fruits, légumes et produits frais a chûté, au profit des surgelés, conserves, snacks et aliments caloriques dépourvus de nutriments essentiels : pates, pain blanc, riz, pommes de terre.

Ensuite, les légumes et les fruits frais consommés aujourd’hui par les populations des pays industrialisés n’ont plus la même richesse nutritionnelle qu’autrefois.

les conditions de vie moderne, en particulier dans les grandes villes (circulation intensive, vitesse et intensité de la communication, bruit, pollution) provoquent un stress et donc une augmentation de nos besoins en micro-nutriments.

L’état de stress est nécessaire et utile à la survie dans un environnement hostile. Il permet une conscience accrue, une plus grande attention aux détails, des réactions plus rapides.
Mais il est nuisible pour l’organisme lorsqu’il devient votre état constant ou prédominant. En effet, votre organisme sécrète des hormones (cortisols, insuline, leptine, adrénaline…) qui nuisent à la bonne santé de vos organes, au renouvellement cellulaire, et accélèrent le vieillissement.

Le stress peut devenir intense et si fréquent que vous ne parvenez plus, dans les rares moments de répit, y compris pendant votre sommeil, à retrouver un état de détente normale, propice à la régénération de votre organisme, à un rééquilibrage hormonal, et au retour au calme émotionnel.

Dans la mesure où il n’est en général ni possible, ni même souhaitable, de renoncer aux avantages des transports et des télécommmunications rapides, il devient indispensable pour le maintien d’une bonne santé à long terme, de modifier votre alimentation et votre mode de vie pour mieux lutter contre le stress.

Il y a un siècle, la vie comptait des occasions permanentes de s’arrêter, se poser, au moins sur le plan intellectuel. Les transport, qui se faisaient souvent à pied, à cheval, à bicyclette, l’absence de téléphone, la lenteur du courrier, donnaient le temps de réfléchir et de méditer. Les causes de stress étaient rares.

Cela fait que nos arrières-grands-parents n’avaient pas besoin, autant que nous, de se préoccuper de leur nutrition, ni d’apprendre à se relaxer.

Nos corps ont besoin de nutriments essentiels

Pour fonctionner correctement, notre organisme a besoin de matières énergétiques (glucides des céréales, graisses d’origine animale et végétale) et de matériaux de construction des tissus (protéines tirées de la viande, du poisson, des oeufs et des légumes) dont le manque provoque une sensation de faim.

Il a, plus spécifiquement, besoin de certaines graisses que le corps est incapable de synthétiser lui-même (acides gras essentiels), de certains acides aminés qu’il ne sait pas fabriquer non plus (acides aminés essentiels), de nutriments comme les minéraux (calcium, magnésium, soufre), les oligo-éléments (fer, zinc, cuivre, manganèse, bore, sélénium, molybdène, etc.), les vitamines (A, B, C, D, E, K) et d’autres micro-éléments bioactifs que seule l’alimentation peut et doit lui apporter.

Ces nutriments sont des cofacteurs métaboliques indispensables au fonctionnement des milliers de réactions enzymatiques qui interviennent à tout instant, pour l’entretien et la régénération de tous les tissus et organes : systèmes digestif, respiratoire, ostéoarticulaire, cardiovasculaire, neuropsychique, immunitaire, endocrinien, etc.

Or, contrairement aux manques de substances énergétiques et protéiques, les carences en nutriments essentiels ne sont pas détectées immédiatement par le corps. Aussi, des processus vitaux à moyen et long terme ralentissent et se dérèglent, mais nous n’éprouvons pas de sensation équivalente à celle de la faim. Ces dérèglements peuvent engendrer une plus grande sensibilité au stress et aux infections avec fatigue, anxiété, angoisse, insomnie, faiblesse musculaires, douleurs diffuses, crampes, dysfonctionnements gastro-intestiaux, tachycardie, vertiges, migraines, voire malaise et dépression ; mais nous n’interprétons généralement pas ces symptômes comme résultant de carences nutritionnelles.

Des carences qui ont des conséquences graves

Nous laissons donc les carences s’installer, pendant des années, voire des dizaines d’années, puis nous nous apercevons un jour que nous avons contracté une maladie dégénérative comme l’arthrose, l’ostéoporose, le diabète, des troubles cardiovasculaires, maladies auto-immunes dont le cancer, voire neuropsychique comme l’Alzheimer.

Mais nous ne faisons pas suffisamment le lien entre la qualité de notre alimentation et notre santé.

Pourtant, les statistiques témoignent d’une augmentation sans précédent des maladies chroniques dans la population mondiale.

Une étude réalisée sur les momies de l’Egypte Antique a permis de démontrer que les tumeurs cancéreuses étaient quasiment inexistantes à l’époque. Les études réalisées sur les squelettes datant du paléolithique révèlent que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n’avaient ni caries, ni diabète, ni cholestérolostéoporose.

Aujourd’hui encore, on constate que les tribus qui n’ont pas adopté le mode de vie des pays industrialisés peuvent avoir des taux très bas de maladies qui sont courantes chez nous : les Inuits ont peu ou pas de maladies cardiovasculaires ; les Indiens Maoris de Nouvelle-Zélande ne connaissent pratiquement pas l’arthrose, y compris à un âge très avancé ; les adolescents n’ont pas d’acné dans les sociétés traditionnelles d’Amazonie ou de Nouvelle-Guinée, les Japonais de l »ïle d’Okinawa vivent pour la plupart au-delà de cent ans, etc.

C’est sur la base de ce constat que les chercheurs en médecine naturelle (on dit aussi « médecine intégrative », car beaucoup d’entre eux combinent l’approche naturelle et nutritionnelle avec la médecine conventionnelle) affirment qu’il y aurait un lien entre deux phénomènes : d’une part les carences en micro-nutriments et déséquilibres du mode de vie d’une part, hausse des maladies chroniques (dites de civilisation : dépression, asthme, diabète, colopathies, néphrite, cardiopathies, arthrose, polyarthrite, ostéoporose, cancer, etc.) d’une autre part.

Les réponses des médecines naturelles

Les praticiens et défenseurs des médecines alternatives, donc, font un lien entre les carences chroniques en micro-nutriments et la mauvaise hygiène de vie (ce qui inclut le stress, le manque d’activité physique adaptée, et les problèmes d’ordre mental), et l’augmentation des maladies chroniques. Ils cherchent à soigner les maladies en s’attaquant non aux symptômes, mais aux causes, en faisant changer au patient ses habitudes alimentaires, ses habitudes de vie, et éventuellement en lui recommandant des compléments nutritionnels.

Les médecines naturelles (ou intégratives) fonctionnent avec des méthodes et des produits naturels, dépourvus de toute toxicité pour l’organisme, et donc de tout effet secondaire néfaste. Elles ne font pas courir aux patients les risques traditionnels de la chirurgie et des médicaments chimiques allopathiques. En complément des traitements conventionnels, elles peuvent jouer un rôle décisif pour renforcer le système immunitaire, réduire les effets secondaires des traitements, et hâter la guérison.

Bien entendu, les médecines naturelles sont très axées sur la prévention : s’il est souvent possible de soigner des maladies, même graves, grâce à elles, leur principal intérêt reste d’indiquer aux personnes ce qu’il faut faire et manger pour éviter de tomber malade de prime abord.

Leur approche est plus respectueuse des personnes

Les médecines naturelles sont souvent également appelées « holistiques » (du grec holis = le tout), parce qu’elles tiennent compte de l’ensemble de la personne humaine : corps, esprit, âme.

Elles ne considèrent pas les patients comme des objets passifs auxquels on applique un traitement standardisé. Au contraire, elles cherchent à responsabiliser les patients, à leur expliquer le fonctionnement de leur corps et les mécanismes qui entraînent des maladies. Leur but est que chacun puisse savoir, comprendre, et choisir sa médecine, en fonction de son mode de vie, de son tempérament et de ses besoins particuliers.

C’est donc une médecine responsable, où le médecin accompagne le patient sans lui appliquer des traitements qu’ils ne comprend pas, sans relation de soumission/domination.

Des études réalisées aux Etats-Unis ont d’ailleurs conclu que l’implication dans une relation personnelle de la part du thérapeute ou du médecin avec son patient pouvait avoir un effet décisif pour la guérison.

Le système de santé actuel, qui pousse les médecins à travailler « à la chaîne », ne consacrant à leurs patients que 12 minutes en moyenne par consultation, pèse sur la qualité de leur relation avec le malade, ce qui peut avoir des effets négatifs sur les chances de guérison.

Enfin, si les médecines naturelles reconnaissent l’intérêt décisif des nouvelles techniques médicales, notamment en imagerie et en analyses, pour diagnostiquer et soigner des maladies autrefois incurables, elles insistent sur l’importance pour le médecin de ne pas devenir un simple technicien dépendant des données produites par son ordinateur. Elles laissent à l’examen clinique du malade une place centrale dans le diagnostic et le suivi.

L’observation clinique implique pour le médecin non seulement d’observer attentivement son malade, mais aussi d’écouter son histoire, de relever l’évolution de ses symptômes et de l’ausculter. Autrefois, les médecins apprenaient même à se servir de leur goût ou de leur odorat. Aujourd’hui, l’évolution des techniques médicales conduit à une distance de plus en plus grande entre patient et médecin, qui peut mener à des erreurs de diagnostic et à des interventions inadaptées.

Les médecines naturelles ne sont donc nullement réservées aux personnes « irrationnelles ». Par leur capacité à revenir aux sources de la médecine et à prendre en compte la situation complexe dans laquelle se trouve chaque malade, elles se positionnent en médecine de pointe. Elles représentent une possibilité réelle pour chaque personne de prévenir des maladies, et de guérir, y compris là où tous les traitements conventionnels ont échoué.

Garder l'esprit critique

Bien entendu, il importe de garder un esprit critique face aux médecines naturelles et d’éviter de tomber dans l’esprit de secte. Si les médecines naturelles offrent de nombreux espoirs, elles ne peuvent évidemment pas tout faire. D’une part, cela va sans dire, il ne faut jamais interrompre ni modifier un traitement médical, quel qu’il soit, sans l’avis de son médecin. Enfin, dès qu’on se trouve en situation d’urgence, les médecines intégratives sont dépourvues d’intérêt. Il n’y a pas d’autre possibilité que d’appeler les pompiers ou l’ambulance, et d’entamer les protocoles habituels de la médecine d’urgence car, elle seule permet de sauver des vies dans ces situations.

De plus, le marché des compléments nutritionnels représentant aujourd’hui 25 milliards de dollars au niveau mondial, il ne faut pas se voiler la face : ce secteur a attiré de nombreuses personnes plus intéressées par leur porte-monnaie que par la santé de leurs clients. Des vérifications sont nécessaires avant d’avaler la moindre pilule, fut-elle un simple complément de vitamine C.
De façon générale, aucune information sur Internet, y compris dans cette lettre d’information, ne peut se substituer à un avis de spécialiste (médecin ou thérapeute). En aucun cas elles ne doivent ralentir une consultation avec diagnostic et prescription de traitement par un professionnel de santé.

Notre vision

On est ce qu’on mange. Telle est notre devise.

Pour fonctionner de façon optimale et pouvoir se regénerer, le corps humain a besoin de divers éléments : de l’eau, de protéines, de lipides et de glucides mais aussi de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments.
Il est aussi nécessaire d’entretenir une hygiène de vie saine (Un bon sommeil, une bonne hygiène corporelle, exercices physiques, éviter les produits nocifs et gérer les réactions de l’organisme pouvant être néfastes comme le stress…).

Notre mission

Notre mission consiste à partager avec vous les nombreuses manières, quelques bons réflexes et des habitudes saines qui pourront vous apporter, en plus d’un confort immédiat et une sensation de bien-être pour vous et vos proches, de nombreuses années de vie en bonne santé.